Sodexo

Sodexo-Virginie-mdpi

Virginie Quémeneur, Responsable des Ressources Humaines, Sodexo Luxembourg

Sodexo Luxembourg propose une offre globale de services de Qualité de Vie qui contribuent au bien-être des personnes et à la performance des organisations : de la restauration à l'entretien des locaux, des services de conciergerie à la maintenance des infrastructures, ou encore des services d'accueil à la gestion multi-technique.

Quelques chiffres clés du Luxembourg :

1700 collaborateurs
80 sites où Sodexo est présent
Parmi les 10 plus grands employeurs privés du Luxembourg


Virginie Quémeneur exerce la fonction de Responsable des Ressources Humaines. A ce titre, elle supervise les activités de recrutement et de formation et a également un rôle de « personne de confiance ». Cela signifie qu’elle est à la disposition de l’ensemble des collaborateurs pour répondre à toutes leurs questions ou requêtes en lien direct ou indirect avec le travail.

Jobelo est un projet initié dans le cadre de la « Garantie pour la jeunesse ». La finalité de ce projet innovant est de faciliter l’accès aux jeunes demandeurs d’emploi sans qualification à un apprentissage ou à un emploi (CDD/CDI).

Dans ce cadre, l’ADEM et Sodexo se sont associés et ont lancé le 1er Jobelo/Sodexo en été 2013. Le projet en partenariat avec Sodexo a permis à 31 jeunes de 16 à 25 ans de se former au métier d’agent de service. Un deuxième partenariat Jobelo/Sodexo a été lancé au cours du mois de février 2015.

Pour Virginie Quémeneur, « il s’agit clairement d’une relation gagnant-gagnant entre Sodexo et l’ADEM. En effet, nous avons un objectif commun qui est finalement la lutte contre le chômage. Nous avons besoin de personnel, nous permettons à des jeunes peu qualifiés de suivre une formation professionnelle enrichissante et pour ce faire nous bénéficions de mesures financières intéressantes. »

Pour Sodexo, l’encadrement de ces jeunes par les collaborateurs de l’entreprise demande un suivi et un engagement permanent afin de pouvoir leur garantir un environnement de travail stable et leur dispenser une formation utile, pratique et sur le terrain.

« En amont de la formation, il y a d’abord un important travail de pré-sélection de ces jeunes fait par l’équipe de Carlo Koerner, responsable de l’Emploi des Jeunes à l’ADEM», souligne la responsable RH.

Après avoir été sélectionnés, les jeunes intègrent d’abord le Centre d’orientation socio-professionnelle (COSP) où ils participent à une formation de deux mois. La mission du COSP est d’évaluer les compétences sociales et professionnelles des demandeurs d’emploi et de les guider dans leur projet professionnel. « Chez Sodexo, nous jugeons cette première formation nécessaire car cela facilite leur intégration au sein de notre entreprise. »

Après le COSP, les jeunes entament une première formation de 15 jours chez Sodexo où ils sont formés aux activités professionnelles de l’entreprise, à ses procédures et à ses valeurs dans un premier temps. Ils auront l’opportunité de se familiariser avec des cours plus pratiques comme les techniques de découpe, la transformation des produits, l’hygiène alimentaire ou encore la sécurité au travail.

Après 15 jours de formation dispensée par deux formateurs internes à Sodexo Luxembourg, 25 jeunes ont débuté leur mois de stage EIP (expérience d’initiation professionnelle) et ont ainsi été affectés sur plusieurs exploitations . « Il s’agit, à ce moment, de leur faire découvrir les conditions réelles de travail et de les intégrer dans nos équipes. Ils sont alors encadrés par des collaborateurs plus expérimentés. Le métier d’agent de service est un métier difficile, ils sont debout toute la journée dans un environnement exigeant. Nous sommes conscients des efforts demandés et il arrive que certains décrochent », explique Virginie Quémeneur.

Après leur EIP, les Ressources Humaines avec le personnel encadrant du site procèdent à l’évaluation de chaque jeune afin de décider de leur recrutement sous la forme d’un contrat appui emploi (CAE) d’un an.

« L’objectif est bien évidemment de pouvoir leur proposer un CDI à la fin de leur CAE. Actuellement, 13 jeunes sont toujours sous contrat CAE chez nous. Sous réserve de leurs dernières évaluations, nous espérons les engager sous CDI d’ici le mois d’avril 2015. Certains vont peut-être décider de continuer en apprentissage ; nous devons alors réfléchir s’il nous est possible de leur proposer ce type de contrat.

Compte tenu du succès de cette première expérience, nous n’avons donc pas hésité une seconde à réitérer cette expérience. Nos objectifs sont bel et bien communs ! », conclut Virginie Quémeneur.

  • Mis à jour le 04-05-2017